La semaine dernière, nous nous étions quittés sur l’origine quelque peu poétique du golem de fer, de l’Enderman plus qu’énigmatique et d’un monstre légendaire… Aujourd’hui dans l’épisode deux des « Mystères et Anecdotes de Minecraft » nous parlerons des nombreux autres mystères et anecdotes que renferme Minecraft. Certaines sont des références à la littérature d’aujourd’hui, d’autres des clins d’oeil aux héros des premiers jeux vidéos… Qu’importe leurs origines, préparez-vous à voyager encore plus loin que la dernière fois !

L’énigmatique Disque 11

Le disque 11 est un Cd non disponible dans le Survival Classique de Minecraft, on ne peut l’obtenir que par l’interface créative, celui-ci est représenté par un disque noir, cassé, fêlé, élimé sur les bords. L’état du Cd laisse à penser que celui-ci s’est dégradé au fil du temps ou au contraire a été délibérément cassé… Et abandonné pendant longtemps dans un endroit sombre… Quoi qu’il en soit, celui-ci représente la bande-son la plus effrayante du jeu, et donc pour nous la plus intéressante.

Les premiers sons que nous entendons sont ceux d’un homme courant, vu le bruit, sur de la roche. Celui-ci a un objet avec lui, qu’il triture, retourne, produisant un léger tintement métallique, une montre, horloge, un briquet, ou tout simplement un objet « inconnu ». Le personnage se met même à tousser, renforçant l’hypothèse que celui-ci se trouve dans une cave, ou tout du moins sous terre, nous l’entendons ensuite tourner les pages d’un livre puis un seul, deux tintements métallique. La bande-son s’accélère à partir de là. Des bruits étranges apparaissent et l’on sent la pression monter… On perçoit ensuite quelqu’un courir très vite, le bruit se répercutant dans la caverne, créant un écho. On ne pourrait dire si cet homme qui court est le même homme ou un autre… Cette action en tout cas, fait que l’on peut écouter notre protagoniste respirer plus vite, comme s’il manquait d’air ou tout simplement, envahi par la panique…

Les dernières choses que nous percevons sont des bruits de pas, passant sur du gravier puis sur de l’herbe. Puis coupure, le vide, seulement des bruits de fonds. Le protagoniste s’est-il échappé ? Ou s’est-il fait attrapé par quelque chose, quelqu’un ?

Beaucoup d’hypothèse fussent parmi la communauté sans qu’aucune ne se démarque des autres… Sauf peut-être une. Celle qui relance encore et encore le mythe de Minecraft : Herobrine. Certains disent que dans les dernières secondes du disque, on entendrait les mots « HEROBRI », la dernière syllabe étant coupé par les bruits statiques. Notre protagoniste criant le nom de son agresseur juste avant sa fin ? Mais peut-être est-ce complètement différent. D’autres préfèrent dire que ce « Steve » fuirait un Enderman qui, si vous vous en souvenez, est basé sur le Slenderman, le Slenderman qui a la capacité de rendre les personnes folles et à distordre les sons et les vidéos…

Ce qui rendrait plus logique la fin de la bande son. Les « grains » et les bruits parasites que l’on peut entendre serait la cause de l’Enderman…

Il est par ailleurs le onzième monstre du jeu, renforçant  la thèse que ce disque 11 serait lié à l’Enderman et à personne d’autre… ( Merci à LordZathur pour cette remarque )
http://www.youtube.com/watch?v=XD8ZNaRNX80

Nous pouvons aussi nous intéresser au nom de ce CD. C’est un nombre : 11. Seuls deux disques portent ce genre de nom, le disque jaune or et le disque noir et ils sont autant mystérieux l’un que l’autre…

La bande-son du disque 13 représente des sons de squelettes étouffés ainsi que des bruits de cavernes… Peut-être existe t’il un lien entre ces deux disques ?

Et pourrons-nous peut-être avoir une réponse dans un hypothétique disque 12 ?

 Les Villageois

Un villageois plus laid que nature…

Beaucoup se sont démandés quelle mouche avait piqué Notch d’avoir crée des villageois aussi laids avec leur large tête chauve et un nez prenant quasiment la moitié de leur visage…

La réponse se trouve dans un autre jeu vidéo, le jeu de rôle « Dungeon Master II » dans lequel se trouve des marchands qui ressemblent aux villageois de Minecraft !

Plus tard, Notch confirmera qu’il s’est inspiré de ces « vendeurs » pour créer ses propres villageois.

Les villageois de Dungeon Master II

Les Mystères du Nether

Le nether a beaucoup de noms, The Slip ( « les coulisses », ancien nom pour désigner le Nether ), le Nexus, le « Hell » (« l’enfer »), le Tréfonds. C’est un monde souterrain ou règne la lave, les forteresses, les monstres cauchemardesques et où vos nombreuses morts ponctueront ce paysage d’après Apocalypse. Mais en regardant de plus près les mécaniques et l’aspect général du Nether, on y décèle quelques secrets faisant référence à la littérature et à des grands noms du jeu vidéo…

La Roue du Temps de Robert Jordan

Une des premières particularités du Nether par rapport à l’Overworld (comprenez monde « Normal ») est la distance de marche. En effet dans le Nether, avancer de un bloc équivaut à avancer de huit blocs dans le monde Normal. Cette particularité viendrait d’une série de romans fantasy, « Les roues du Temps », écrit par l’auteur américain Robert Jordan et dont le premier tome fut publié en 1990. Les trois personnages principaux, quand ils sont face à un danger important, ont le choix de prendre et de parcourir « les Voies », qui sont en même temps un monde parallèle  et des voies de transport. Dans cet univers,  le temps s’y écoule différemment, et les distances n’ont plus d’importance. Une journée de voyage dans les Voies peut avoir fait franchir des centaines de lieues une fois de retour dans le monde normal. On retrouve là une des mécaniques principales du Nether. Évidement ces voyages recèlent de nombreux dangers.

Les voies…

Une deuxième source d’inspiration pourrait être un des romans de Stephen King, « Le Talisman », où un monde magique nommé « Les Territoires » permet tout comme le Nether, de parcourir de grandes distances, ou tout du moins des voyages accélérés. Mais ceux-ci révèlent comme « les Voies » et « Le Nexus » de nombreux dangers.

« Le Tasliman » de Stephen King et Peter Straub

Mais il n’y a pas que les mécaniques du Nether qui sont inspirés d’œuvres en tout genre. Certains blocs dont la Soulsand le sont aussi !

La soulsand

La soulsand ou le Sable des Âmes en français est un bloc qui dès qu’on pose le pied dessus, fait que l’on s’y enfonce. Sa texture ressemble aussi à un patchwork de visages. Plus tard, on interrogera Notch et celui-ci nous confira qu’il apprécie plus particulièrement le jeu Doom et que ce bloc en est un hommage évident. La texture du Sable des Âmes vient alors des derniers niveaux de Doom, où certaines textures représentent, tout comme la Soulsand, des visages et des corps prisonniers des murs.

Une ressemblance plus que frappante !
La soulsand de Doom 1…

 La glowstone

Quand à la pierre lumineuse, celle-ci pourrait ressembler aux blocs d’or d’un des jeux qui a inspiré Minecraft, Dungeon Keeper !

La salle du trésor de Dungeon Keeper.

Le Gâteau

Le gâteau Minecraftien, un si joli gâteau, avec ses cerises… Sa couche de crème… Sa pâte onctueuse… Mais savez vous vraiment d’où il vient ?

Notch l’a ajouté pour tenir une promesse lorsque Minecraft a gagné divers prix aux « Indie of the Year 2010 ». C’est bien sûr une référence au gâteau le plus célèbre du jeu vidéo, le Cake de Portal. Un succès a même été rajouté pour sa première fabrication par le joueur, le succès « The Lie » en référence à la fausse promesse de l’IA folle, GlaDos… (The cake is a lie)

Le cake de Portal.
Et son succès Minecraftien, « The Lie »

Ce deuxième épisode est malheureusement déjà terminé ! La semaine prochaine nous nous retrouverons pour un dernier épisode sur les Mystères et Anecdotes de Minecraft en levant le voile sur de nouveaux et nombreux secrets ! À bientôt pour le troisième et dernier épisode de ce dossier consacré à la seconde nature de Minecraft !