Les parcs d’attractions sont un classique des loisirs inévitables pour les familles. Les joueurs, quant à eux, se contentent de maps proposées par la communauté. Certes, la moins coûteuse de ces deux solutions reste celle du téléchargement afin de tout de même profiter de l’ambiance. Maintenant, si vous aviez à choisir entre les deux, vous vous orienteriez évidemment vers la première proposition.

Pourtant coûteux, ce choix offre des sensations que nos maps ne pourront jamais égaler. Désormais, telle est la question : « Jusqu’où les map makers sont-ils prêts à aller afin d’éveiller un maximum de sensations chez leurs joueurs et d’égaler la réalité ? ». Pour y répondre, une liste exhaustive de présentation de maps de ce genre ne serait pas appropriée, donc on optera pour une réponse structurée et instructive. Abaissez vos harnais, c’est parti pour un tour !

Youpiii ! Ah non, pas pour le mec en fait.

Les techniques utilisées

Et oui, les map makers utilisent des techniques personnelles afin de créer des coasters (montagnes russes) uniques. Malgré d’innombrables recherches sur le net, je n’ai pu trouver que des coasters mal réalisés, même ceux de Funland que tout le monde connaît ne sont pas esthétiques : soit l’attraction flotte dans le vide, soit les montées et les descentes sont en ‘V’. Bon, je ne vais pas rouspéter non plus, certains font des efforts et voici la technique qu’ils utilisent pour leurs créations. C’est celle du dégradé, voilà une explication de ce secret pour réaliser de vraies montagnes russes !

Comment réussir ses virages ?

Je vais me répéter mais le principe est pratiquement le même, sauf qu’on le réalise à plat. Cela demande un tout petit peu plus d’entraînement.

  1. Vous voulez construire des virages, ok, mais comment les gérer ? Rassurez-moi : vous ne souhaitez pas faire des virages semblables à ceux de Funland ? Non, très bien je vous comprends aussi, c’est pas réaliste, le wagon aurait déjà déraillé ! Imaginons que vous ayez construit votre rail qui fonce droit vers votre futur virage, je vais vous donner l’exemple pour trois cas types (virages de tailles petites, moyennes et grandes), il est possible d’en faire des petits/moyens, des moyens/grands, des grands/petits… Enfin vous m’avez compris. Ensemble, nous allons construire un virage de taille moyenne.
  2. Vous avez votre ligne droite, construisez la suite du rail d’un bloc sur le côté sur une longueur de 4 blocs représentés en jaune ici.
  3. Le dégradé a commencé. Continuez à avancer en décalant le rail d’un bloc mais en réduisant la longueur de ce dernier d’un bloc comme ici.
  4. Ensuite, faites un coin représenté en orange ici, le virage prend forme.
  5. Désormais, adaptez la longueur que vous souhaitez pour votre virage grâce à une ligne droite noire comme ici, ne la faites pas trop longue car le virage que nous construisons doit être de taille moyenne, ne l’oubliez pas.
  6. Puis reproduisez le même schéma en miroir de l’autre côté, comme ici !
  7. Votre virage est fini et il est réaliste.

Comme ceux-là !

La thématique

Après vous avoir barbé avec les différentes techniques évoquées, nous allons aborder le sujet de la thématique des attractions. Certaines ont un décor bien intégré avec un thème, tel que The Temple of the Evil King sur Funland et encore, j’exagère. Son builder superpish ne s’est pas appliqué sur la thématique environnante. Qu’elles soient sur le thème de la jungle, de la ville, du désert ou encore de la mine, les décorations liées aux montagnes russes doivent toutes correspondre au tracé du parcours.

En effet, la thématique est un sérieux avantage pour augmenter le réalisme des attractions. Elle doit être en parfaite harmonie pour augmenter cette « sensation d’y être ». Ce qu’utilisent les map makers afin d’augmenter cette immersion, sont les systèmes de redstone, ils permettent d’activer des animations ainsi que des scènes en cours de parcours. Il y en a en assez grande quantité sur Funland malgré le fait qu’ils soient peu poussés, mais il est tout de même possible d’en réaliser d’époustouflants qui sont capables de surprendre le joueur, il en sortira ravi.

Vous remarquerez que rares sont les maps qui proposent des attractions construites à l’aide de terraforming. Le terraforming effraie les joueurs et n’est pas fréquent du tout dans les maps du genre, il a pourtant un potentiel exceptionnel : imaginez un parcours rentrant dans la montagne où vous tomberiez involontairement sur un yéti hors de lui et fou de rage, ou encore dans les canyons d’un biome Mesa où vous vous retrouveriez nez à nez avec un chemin de fer fonçant droit sur vous. Bien sûr tout cela est possible grâce à la redstone, au terraforming et aux décors.

Une attraction réussie sur le thème de la jungle.

Une deuxième sur le thème volcanique.

Les supports

Nous avons abordé les points les plus sérieux mais les supports ne sont pas des moindres, ils ne sont pas à négliger, comme le reste d’ailleurs. Ils permettent de soutenir les rails d’une montagne russe, mais comme dans Minecraft, il n’est pas nécessaire d’en construire pour que l’attraction ne s’écroule pas, certains map makers comme superpish les ont oubliés dans pas mal d’attractions et ça gâche tout malgré le fait que le parcours soit sympa… C’est une des conditions qu’il faut respecter pour atteindre ce niveau d’égalité entre les parcs de notre sandbox et ceux de la réalité.

Wingardium Leviosa chez Funland !

Les matériaux utilisés

Il en existe en bois, en acier… et c’est tout. Enfin, dans Minecraft il est possible d’en faire en laine jusqu’en terre ! Les map makers ont donc une possibilité infinie pour les choix de leurs matériaux afin de construire leur montagne russe unique. Les couleurs sont donc extrêmement variées et permettent d’éblouir le joueur.

En outre, il est nécessaire que ces dernières soient associées à celles des supports : ne pas mélanger des supports en barrières de bois avec des rails sur des blocs de lapis lazuli, c’est très moche. Préférez des rails sur blocs de bois si vous utilisez des supports en bois, inversement si vos supports sont des cobblestone walls, alors associez-les avec des rails sur blocs de stone bricks par exemple.

Pour conclure

Nous pouvons désormais répondre à la problématique posée en début d’article: « Jusqu’où les map makers sont-ils prêts à aller afin d’éveiller un maximum de sensations chez leurs joueurs et d’égaler avec la réalité ? ». Les map makers sont prêts à utiliser tous les moyens qu’ils ont en leur possession afin de garantir une expérience unique sur leurs attractions. Avec mods, resource packs ou simples circuits redstone, il est possible d’atteindre une certaine qualité qui ne peut pas être supérieure à celle de la réalité, c’est évident. Ils font donc usage de la thématique et de l’imagination qu’ils ont pour apporter un maximum de réalisme à leurs constructions.

Vous l’aurez remarqué, j’ai plusieurs fois fait référence à la map Funland construite par superpish, je sais qu’elle est considérée comme « légendaire » par certains (avec plus d’1 300 000 téléchargements) mais pas par moi, je suis honnête et je pense pouvoir le dire franchement : cette map n’a rien d’exceptionnel à mon sens, l’avantage qu’elle a eu est qu’elle a été l’une des premières en son genre. Je l’ai donc utilisée afin d’illustrer mes propos en images. Sachez qu’à cette heure, les builders construisent des maps de ce genre beaucoup plus réalistes.

Liens et sources

Télécharger Funland v3

Topic officiel de Funland v3

Images par ordre de publication :

  • Topito
  • Europa Park, Euro-Mir
  • Minemios
  • Minemios
  • Funland

 Corrigé par Sybdu06 & Djirox.