Dans le monde vidéoludique, l’univers du Far West, avec ses cow-boys et autres desperados, n’est pas un thème très exploité, contrairement au genre médiéval, bien plus sollicité. Sans doute à cause d’une mythologie et d’une fantaisie moins développée (en effet, point de trolls et autres dragons) ou d’un terrain de jeu plus vide (désert, petits villages…). Dans Minecraft, c’est pareil. Le « moyenâgeux » est bien plus représenté : Across The Time, Les 1000 lieux, Herobrine’s Mansion et Return, tandis que le Far West est bien moins présent, hormis quelques réussites, comme Desperado. VonDreakenSteyn nous propose cependant une map autour de cet univers : Wild West Warrior. Alors, prêt pour se la jouer à la Lucky Luke ?

Le village... Un peu austère tout ça...

Pour commencer, présentons un peu la création. WWW est une map aventure/open-world réalisée pour la version 1.8.8 de Minecraft. On y incarne un jeune homme chargé de remplacer le shérif, un peu vieillissant (il n’y a qu’à voir le nombre de prisonniers dans sa prison). En effet, la contrée est infestée de bandits et de voyous, et vous êtes chargés de rétablir la paix à l’aide de votre tomahawk, de la bonne vieille Winchester et de quelques couteaux trouvables par endroits. Comment ? En éradiquant cette racaille des camps où elle se trouve. Et oui, le Far West, c’est un endroit pour les coriaces, et votre objectif ne sera pas d’emprisonner les « méchants » mais bel est bien de les tuer. Welcome to the Far West, you’re going to die !

Les armes principales de la map. Oui, on peut faire du lancer de couteau !

La carte se répartit en différentes zones : désert, forêt, canyon… Tous les endroits un peu fétiches du Western y sont rassemblés. On retrouve également, en plus des bandits, une faune pas très accueillante… Serpents, ours ou encore loups seront au rendez-vous. Ces derniers se trouvent dans des zones bien précises et vous looteront peaux et fourrures, nécessaires pour les échanges avec les PNJ. Une très bonne idée, mais il est dommage que les zones où se trouvent ces mobs soient trop limitées… Et, désolé, mais les ours ne ressemblent à rien…

On peut voler les chevaux des adversaires pour aller plus vite...

Mais au lieu de chipoter sur des aspects purement esthétiques, abordons ce qui nous intéresse vraiment. Le gameplay. Ici, il consistera à s’emparer de camps, situés dans des endroits assez hétérogènes. Pour ce faire, il vous faudra tout simplement éradiquer toute forme de vie présente (sauf vous, bien sûr). Et pour y procéder, VonDreakenSteyn n’a pas été sans inspiration, car vous aurez plusieurs méthodes disponibles. Discret en exécutant les ennemis au tomahawk, bourrin à coup de Winchester ou même les deux, chaque moyen sera employable… Cependant, il ne suffira pas d’enchaîner les mobs à coups de clics. En effet, chaque camp est composé de différents adversaires. Il y a, par exemple, les Firebrand qui, si vous êtes repéré, se précipiteront vers le feu de camp afin d’ameuter des renforts, ce qui en fait des cibles prioritaires. Vous serez également confronté à des Brutes, bandits puissants, résistants et véloces au corps à corps, ou les damnés Ranger, qui vous plomberont à distance… Vous l’aurez compris, la tâche ne sera pas aisée, et il faudra user de stratégie afin de s’emparer du camp désiré.

Le camp du désert. Attention, déshydratation !

Cependant, vous aurez également quelques éléments en votre faveur, à commencer par le terrain. En effet, ce dernier aura tendance à vous avantager. Ainsi, vous pourrez dans un des camps progresser à travers des plants de canne à sucre, bien caché, ou, sur celui situé au sommet d’un canyon, assiéger de tous les flancs possibles vos ennemis. Il vous faudra ainsi mettre de votre côté tout ce qui peut l’être, pour optimiser vos chances de réussite.

Un canyon. Chute déconseillée !

Mais le système de prise des camps n’est pas la seule bonne idée de la map. En effet, la gestion de l’eau en est également une. Cette dernière sera une denrée vitale, car seule source de nourriture, et donc de régénération (hormis items achetables). Pour remplir la gourde, il vous suffira de la jeter dans l’eau, mais encore faut-il qu’il y en ait. Alors tandis que vous n’aurez pas trop de problèmes dans un camp forestier, qu’en sera-t-il en plein désert ? Surtout quand la seule source d’eau environnante à la fâcheuse manie de se trouver au plein milieu des ennemis ? Bref, gérer votre eau sera une nécessité dans Wild West Warrior, sans quoi vous pourrez renoncer à votre objectif.

Une ferme. En apparence paisible. En apparence...

Au niveau des constructions et autre terraforming, la map affiche des résultats très corrects, qui, sans être géniale, respecte bien l’univers du Far West, nous immergeant bien dans l’ambiance. Et le resource pack (directement intégré) y participe également même si il est un peu décevant car inabouti…

CONCLUSION

Wild West Warrior est assurément une très bonne map. Gameplay, mécanique de jeu y sont maîtrisés, et nécessite réflexion, agilité et bien-sûr maîtrise de la gâchette. Doté d’une ambiance suffisante, la création de VonDreakenSteyn vous offrira un bon moment, et les défauts sont peu nombreux… Cependant, la map manque un peu d’âme, de personnalité, et est trop « conforme » aux standards de Minecraft, tout en étant (un peu) innovante. Une situation quelque peu étrange…

Les Plus

+ L’univers du Far West, assez charismatique

+ Idées de gameplay très intéressante

+ Gestion de l’eau

+ Varié et assez complet

Les Moins

Manque de personnalité

– Resource pack inabouti

– Les zones de chasse (ours, loup…) trop limitées

INFOS SUPPLEMENTAIRES

Version de la map: 1.8.8

Multijoueur : Non

Durée de jeu : 1h/1h30

Resource pack: Intégré dans la map, l’auteur recommande Faithful x32

PS: Je recommande de jouer la map en Normal, et pour ceux qui cherchent du challenge, en Hard.

Téléchargement : Clique ici, cow-boy/girl

Installation

1. Téléchargez la map.

2. Avec votre logiciel d’extraction (WinRAR, 7Zip, etc.) ouvrez l’archive de la map.

3. Localisez le dossier .minecraft. L'emplacement varie selon le système d’exploitation :

 JumpStuff [#1] Windows : Appuyez simultanément sur les touches  JumpStuff [#1] +  JumpStuff [#1] et tapez  %appdata%.

 JumpStuff [#1] Mac OS : Le dossier minecraft se situe dans : Utilisateur > Bibliothèque > Application Support.

 JumpStuff [#1] Linux : Appuyez simultanément sur les touches  JumpStuff [#1] +  JumpStuff [#1] et tapez .minecraft. Validez et vous serez directement amené au dossier (GNOME uniquement, CTRL+H dans le dossier personnel pour les autres environnements graphiques).

4. Ouvrez le répertoire saves et extrayez le dossier de l’archive de la map à l’intérieur.

5. Fermez le dossier et lancez Minecraft. Votre partie est affichée dans le menu Singleplayer.

 Corrigé par Dartasen & TheShining