Cet article était un poisson d’avril, l’affaire que nous présentons n’a jamais existé ! Nous nous sommes basés sur l’actualité et sur MinecraftEdu afin de rendre notre histoire plus réaliste.

Comme vous le savez certainement, le programme MinecraftEdu, récemment racheté par Microsoft, se fixait pour objectif de transformer Minecraft en un outil ludique et flexible, lui permettant de s’intégrer dans les programmes scolaires des écoles primaires et des collèges. Alors que les premiers tests concluants s’effectuaient dans quelque collèges et permettaient aux élèves de travailler sur les réseaux électriques en physique ou encore de visiter certains monuments historiques fidèlement recréés pour l’occasion, un premier scandale vient éclabousser le projet…

scandale minecraft edu 2

Ce sont des parents d’élèves très remontés qui ont décidé de porter une plainte commune contre Philippe A., un professeur de sciences de la vie et de la terre (appelées beaucoup plus communément SVT) d’un collège parisien pourtant réputé pour son sérieux, au cours de la semaine du 21 mars 2016 pour des motifs extrêmement graves : atteinte aux Droits de l’Homme, crime contre l’humanité, esclavage moderne, et traite des êtres humains. Mais, nous demanderez-nous d’un air éberlué, quel est donc le lien avec MinecraftEdu ?

L’homme de 37 ans détournait de son utilité première le jeu Minecraft et le programme d’éducation qui lui avait été associé, et a obligé durant plusieurs mois (de novembre 2015 à mars 2016) les enfants qui étaient retenus en heures de colle à miner des ressources sur Minecraft en ligne, afin de les revendre un peu plus tard au prix fort sur un serveur Role-Play, où il possédait une échoppe en tant que mineur.

« Au début, ce n’était qu’une ou deux heures par semaine, mais très vite il en a demandé beaucoup plus »

Il a fallu beaucoup de temps avant que les premiers élèves ne se plaignent à leurs parents, pour eux, bien que miner pendant des heures entières n’était pas plaisant, la situation n’était pas extrêmement grave, et s’apparentait à leurs yeux à une simple punition répétitive, comme recopier des lignes. Ce sont deux facteurs qui ont poussé les délégués de la classe à se plaindre à des parents d’élèves : tout d’abord, la multiplication des heures de colle par le professeur, qui sont très vite devenues injustifiées, et d’autre part les remarques narquoises qu’il adressait à certains de ces « mineurs forcés », lorsqu’il a commencé à leur dire qu’il revendait le fruit de leur dur labeur. « Au début, ce n’était qu’une ou deux heures par semaine, mais très vite il en a demandé beaucoup plus ! » nous a confié Estelle*, déléguée de classe exemplaire et qui pourtant s’est retrouvée, elle aussi, contrainte de miner, avant d’ajouter « À force de passer de plus en plus de temps devant les écrans, certains commençaient à avoir mal à la tête, c’est aussi ça qui m’a poussé à en parler aux parents ». C’est en effet elle qui a eu le bon sens et le courage de tirer en premier la sonnette d’alarme. Le professeur (M. Philippe) a été arrêté dans la nuit du 23 au 24 mars, et a été placé en examen.

scandale minecraftedu

Contactée par nos soins, l’école n’a pas souhaité faire de commentaires à « un site dont la seule vocation est de raconter des histoires sur un jeu vidéo » (sur lequel elle basait cependant une partie de son programme scolaire). Cependant, le Code Pénal indique que, si les accusations multiples ne sont pas rejetées, Philippe A. risque gros :

Article 225-14-1 Le travail forcé est le fait, par la violence ou la menace, de contraindre une personne à effectuer un travail sans rétribution ou en échange d’une rétribution manifestement sans rapport avec l’importance du travail accompli. Il est puni de sept ans d’emprisonnement et de 200 000 € d’amende.

Article 225-14-2 La réduction en servitude est le fait de faire subir, de manière habituelle, l’infraction prévue à l’article 225-4-1 à une personne dont la vulnérabilité ou l’état de dépendance sont apparents ou connus de l’auteur. Elle est punie de dix ans d’emprisonnement et de 300 000 € d’amende.

En conclusion, cette affaire très médiatisée risque malheureusement de « refroidir » certains établissements scolaires, qui se montraient déjà prêts à adopter MinecraftEdu afin de rendre le programme scolaire un peu plus ludique. Ce sont des faits intolérables qui peuvent être observés ici, et c’est pourquoi je vous annonce avec une certaine émotion au nom de l’équipe du site que Minecraft.fr, après entretien avec l’éducation nationale et Mojang, se portera partie civile au procès des « Mineurs forcés », qui ne débutera pas avant juin 2016. Il s’agit d’une situation extrêmement grave et inquiétante, et nous vous promettons de vous tenir informés de l’évolution de cette affaire.

*lors de notre interview, l’élève nous a demandé de ne pas divulguer son identité sur Internet.