Les créations ouvertes aux visites ne représentent peut être pas l’aspect le plus fascinant du Mapping Minecraftien. Elles restent toutefois de grands spectacles, d’agréables surprises et un excellent moyen d’exprimer sa fibre créatrice pour la faire découvrir à la communauté. Nous avons tendance à dire que ça manque d’originalité, qu’il s’agit d’un énième palace ou du sempiternel village moyenâgeux, si ce n’est une autre reproduction de mégapole bien réelle, mais ça reste globalement soigné et travaillé, pour la plupart.

Certains, comme Rastammole, parviennent toutefois à tirer leur épingle du jeu quand ils se frottent à l’exercice, en proposant quelque chose de frais ou tout au moins pourvu d’une aura, d’une atmosphère. Si bien qu’on en arrive parfois à parler d’ambiance visuelle. C’est cette expression aussi abstraite que factuelle qui va le mieux au sujet de cet article : A City by the Water, récemment réalisée par cchb.

Ne vous laissez pas abuser par ce nom, la construction tient autant de la City que moi du Silverfish. L’environnement urbain est inexistant, tout n’est que verre, acier et laines perdus au milieu de la nature, grandes bâtisses creuses aussi vides que notre océan qui ne sont pas reliées entre elles. Pas de routes ou d’avenues, pas de parcs ou de plages, seulement vous et des tours aussi imposantes et audacieuses que celles qui trônent au centre de Dubaï. L’architecture, c’est bien là que réside tout l’intérêt du projet.

Certes, c’est vide et ça donne l’impression d’être sortit de nulle part, mais il est quand même difficile de rester de marbre lorsqu’on se laisse aller au milieu de constructions aussi colossales. Tout est épuré et lisse, tout se dresse vers le ciel dans des formes aussi improbables qu’esthétiques, à tel point qu’il en résulte une atmosphère assez unique, aussi douce que glaciale. Surtout la nuit. Déambuler dans les yeux en l’air en écoutant la bande sonore habituelle du jeu ou ses plus belles recompositions  a quelque chose de relaxant, voir d’un peu vertigineux.

Nous regretterons toutefois un spawn tout à fait minable (Pourquoi commencer en position fœtale dans un trou sur une colline en plein orage ? Pour créer un effet de surprise ? C’est totalement raté) la nécessité d’avoir une bonne machine (strictement pas le moindre intérêt si vous ne pouvez pas jouer en FAR grand minimum) et une durée de vie inexistante. En parlant de théorie, la survie doit y être possible, bien que choisir un tel terrain de jeu pour du Survival serait bien saugrenu. Quoi qu’au fond, on finit par avoir la sensation d’avoir découvert un nouveau biome, tant les tours sont majestueuses.

Screenshots

TÉLÉCHARGEMENT

Télécharger la map

Topic officiel

INSTALLATION

1. Téléchargez la map.

2. Avec votre logiciel d’extraction (WinRAR, 7Zip, etc.) ouvrez l’archive de la map.

3. Localisez le dossier .minecraft. L’emplacement varie selon le système d’exploitation :

Windows Dont go Insane [1.8] Windows : Appuyez simultanément sur les touches symbol 7 Dont go Insane [1.8] + r Dont go Insane [1.8] et tapez %appdata%.

Mac Dont go Insane [1.8] Mac OS : Le dossier minecraft se situe dans :

Utilisateur > Bibliothèque > Application Support.

Linux Dont go Insane [1.8] Linux : Appuyez simultanément sur les touches alt Dont go Insane [1.8] + f2 Dont go Insane [1.8] et tapez .minecraft. Validez et vous serez directement amené au dossier (GNOME uniquement, CTRL+H dans le dossier personnel pour les autres environnements graphiques).

4. Ouvrez le répertoire saves et extrayez le dossier de l’archive de la map dans ce dossier.

5. Fermez le dossier et lancez Minecraft. Votre partie est affichée dans le menu Singleplayer.