Ça y est, vous avez enfin votre serveur ! Seul point noir : vous avez pris un hébergeur mutualisé et comme votre serveur n’est pas seul sur sa machine, vous avez une adresse moche du type serv12458.herbergeur.com:27896. Ou alors vous avez votre dédié avec votre nom de domaine, mais manque de chance vous avez plusieurs serveurs sur votre machine et si le premier a eu le droit a une belle adresse, pour les suivants vous êtes obligés d’indiquer le port.

Vous êtes dans un de ces cas – ou un autre ! – et vous voudriez une belle adresse pour votre serveur ? C’est possible : il suffit d’utiliser un service que l’on nomme DNS – avec les enregistrements SRV que Minecraft supporte depuis la 1.3 – et qui repose sur la mécanique des noms de domaines. Vous ne connaissez pas ? Pas de panique, je vais tout vous expliquer, suivez le guide…

DNS ? Kesaco ?

Un ordinateur branché au réseau mondial est identifié par son adresse IP comme 127.0.0.1. Cette IP est appelée IPv4 (pour version 4) ; c’est encore la plus fréquemment utilisée même si nous nous dirigeons peu à peu vers l’IPv6 (la v5 a été aspirée par un trou noir) parce qu’on commence à manquer de place avec la version 4.

Cependant, une adresse IP ce n’est pas très sympa à retenir… Que diriez-vous de taper 192.16.71.176 à chaque fois que vous voulez aller sur Twitch par exemple ? Heureusement, les noms de domaines viennent à notre rescousse et nous permettent d’avoir de jolies URL faciles à retenir.

Mais comment faire pour identifier un serveur à partir de son nom de domaine ? Techniquement nous aurions pu choisir de lier un domaine à une machine en particulier, mais ça n’aurait pas été pratique. Si j’ai envie de changer de serveur et de migrer mon nom de domaine, je ne peux pas.

Du coup, nous avons gardé l’identification des serveurs par leur adresse IP et nous avons dû trouver un moyen de faire correspondre le nom de domaine à l’adresse IP. Ce moyen s’appelle DNS (Domain Name System – ou Système de Nom de Domaine en français). Il s’agit d’un service Internet dont le rôle est de faire le lien entre le nom de domaine que vous tapez dans Minecraft ou dans votre navigateur préféré et l’adresse IP du serveur qui est derrière. DNS est également capable de bien d’autres choses, comme nous allons pouvoir le constater.

Un nom de domaine

Une nom de domaine est composé de plusieurs parties. La première en partant de la droite est appelée « extension », il s’agit du fameux « .fr », « .com », « .org »… Maintenant on a même des « .paris », « .chat », « .tennis », etc. Ces extensions sont gérées par des organismes divers. Par exemple, l’organisme qui gère l’extension « .fr » s’appelle l’AFNIC. L’AFNIC vous donne le droit d’enregistrer votre nom de domaine finissant par « .fr » en passant par des entreprises que l’on appelle des registars. Les registars vous louent le nom de domaine que vous souhaitez, vous offrent fréquemment des services supplémentaires et négocient avec l’AFNIC pour le faire enregistrer afin que vous puissiez le faire pointer où vous le souhaitez.

Une fois que vous avez acheté votre domaine, vous êtes en mesure de créer des sous-domaines. Exemple, sur le domaine minecraft.fr, on pourrait créer forum.minecraft.fr, www.minecraft.fr, wiki.minecraft.fr, etc. C’est votre domaine, vous êtes libre d’en faire ce que vous voulez y compris créer des sous-domaines autant que vous le souhaitez.

Pour acheter un nom de domaine, il vous faut donc passer par un registar. Pour ma part, j’ai pris mes habitudes avec Gandi que je vous conseille en toute honnêteté (je n’ai pas de lien sponsorisé, vous pouvez vérifier !). Un nom de domaine en « .fr » coûte environ 14€ TTC/an ce qui n’est pas très cher. Il existe des noms de domaines bien plus chers et il existe également des noms de domaines gratuits. Je vous déconseille très fortement les noms de domaines gratuits qui sont souvent synonymes d’arnaque de spam et de mauvaise réputation.

Attention, il existe également des sites qui vous proposent des noms de domaine de type « mondomaine.unsite.com » où « unsite » est le nom du service. Ceci n’est pas un domaine complet ! Il s’agit simplement d’un sous-domaine de « unsite.fr ». C’est généralement moins finement configurable et puis il faut dire ce qui est… C’est quand même bien moins la classe.

J’ai acheté un nom de domaine, j’en fais quoi ?

Maintenant, il faut configurer votre DNS en commençant par choisir où il sera hébergé. Pour cela, vous avez trois choix :

  • la plupart des registars vous proposent d’héberger votre DNS et vous offrent une interface simplifiée de gestion. C’est notamment le cas de Gandi dont l’interface est extrêmement complète ;
  • si vous avez un hébergeur mutualisé différent de votre registar, votre hébergeur vous propose certainement de rapatrier votre nom de domaine pour faire la configuration dans votre compte mutualisé. C’est notamment le cas des mutualisés OVH ;
  • si vous avez un serveur dédié, vous pouvez faire la configuration directement sur votre serveur. Cette dernière option étant réservée aux utilisateurs avancés, je n’en traiterai pas. Si le sujet vous intéresse n’hésitez pas à vous renseigner en commençant par regarder la documentation de logiciels qui font cela. Bind9 qui est un paquet Linux est un bon point de départ.

Si vous choisissez la deuxième option, vous devez indiquer à votre registar que vous faites la configuration DNS chez votre hébergeur mutualisé. Pour cela, il y a certainement de la documentation, que ce soit d’un côté ou de l’autre. Une fois cela fait, la configuration ressemblera beaucoup à celle de l’option 1, que je vais justement traiter.

Configurer son DNS

Je vais prendre exemple avec Gandi, mais ce sera relativement similaire chez les autres registars. Une fois votre domaine enregistré, vous trouverez une interface de ce type.

Cliquez sur votre nom de domaine. En bas à droite de la page, vous devriez voir quelque chose comme ça :

Cliquez sur « Changer », puis cliquez sur le petit stylo à côté de « Default Gandi zone file » et enfin cliquez sur le bouton « Dupliquer cette zone ». Appelez votre nouveau fichier de zone comme vous le souhaitez ; c’est là que nous allons faire notre configuration. Éditez ensuite votre fichier nouvellement créé. Gandi fonctionne avec un système de versions. Votre fichier existe en plusieurs versions, il vous est possible d’en ajouter, d’en supprimer et de les éditer. Enfin, vous ne pouvez ni éditer ni supprimer la version en cours d’utilisation : vous devez en créer une nouvelle puis l’activer. Créer une nouvelle version et passez en mode expert (nos configurations sont un peu trop avancées pour le mode normal). Vous devriez avoir quelque chose ressemblant à ceci :

Il s’agit de la configuration de base de Gandi, pour les mails notamment. Vous pouvez laisser tel quel et ajouter nos propres instructions à la suite. La première chose à faire va être d’ajouter à la suite un enregistrement de type A. C’est un enregistrement qui va nous permettre de faire le lien entre le domaine ou le sous-domaine et l’adresse IP du serveur. Pour cela, il vous faut obtenir l’adresse IP numérique – c’est-à-dire de la forme xxx.xxx.xxx.xxx – de votre serveur. Ça ne fonctionne pas avec un alias du type monserv.monherbegeur.com. (Il existe bien l’enregistrement CNAME qui permet ce genre de chose, mais il est incompatible avec ce que nous allons faire par la suite.)

Une fois muni de votre IP, tapez ceci à la suite de votre fichier :

monserv.mondomaine.fr 10800 IN A xxx.xxx.xxx.xxx

où « mondomaine » est le domaine que vous avez commandé et « monserv » le sous-domaine que vous voulez affecter à votre serveur. Exemple : mc.mondomaine.fr. 10800 est le TTL (Time to live), c’est-à-dire le temps pendant lequel l’information sera mise en cache sur les serveurs contactés par vos joueurs. 10800 c’est 3h, c’est un bon compromis. « IN » désigne une requête entrante, « A » le type d’enregistrement et « xxx.xxx.xxx.xxx » c’est l’adresse IP de votre serveur.

Si votre serveur écoute le port par défaut de Minecraft (25565) vous pouvez vous arrêter là. Sinon, on continue en ajoutant des enregistrements SRV qui s’appuient sur l’enregistrement A précédent. L’enregistrement SRV est plus complexe. Vous devez déjà savoir si votre registar rajoute automatiquement votre domaine derrière le protocole ou non. Ce doit être marqué dans le support de votre registar. Le plus souvent il ne le fait pas, mais chez Gandi il le fait.

Si votre registar n’ajoute pas le domaine automatiquement, l’enregistrement sera de ce type :

_minecraft._tcp.monserv.mondomaine.fr 10800 IN SRV 0 5 port monserv.mondomaine.fr.
_minecraft._udp.monserv.mondomaine.fr 10800 IN SRV 0 5 port monserv.mondomaine.fr.

Si votre registar ajoute le domaine automatiquement (c’est le cas de Gandi), l’enregistrement sera de ce type :

_minecraft._tcp.monserv 10800 IN SRV 0 5 port monserv.mondomaine.fr.
_minecraft._udp.monserv 10800 IN SRV 0 5 port monserv.mondomaine.fr.

On ajoute ici un enregistrement de type service. On baptise le service « minecraft » puis on le double pour les deux protocoles utilisés par Minecraft : TCP et UDP. Ensuite on met le sous-domaine (pour Gandi et les registars qui rajoutent automatiquement le domaine) ou le domaine complet (pour ceux qui ne le font pas). On définit le TTL, la requête comme entrante et le type de requête comme « SRV » (service). 0 et 5 correspondent respectivement à la priorité et au poids, je vous recommande de laisser tel quel.

À la place de « port » mettez le port que lequel écoute votre serveur (le nombre après les deux points) comme par exemple 25577. Enfin, mettez de nouveau votre domaine complet (même sous Gandi) avec un point à la fin.

Enregistrez votre fichier de zone, activez-le et celui-ci va se propager. Sous quelques heures voire quelques jours (pour ma part, j’attends en général deux / trois heures) vos enregistrements seront actifs et vous pourrez vous connecter à votre serveur via monserv.mondomain.fr !

Une belle adresse pour votre serveur
5 (100%) 2 vote[s]